Renouvellement de notre visa

Je ne comprends pas pourquoi, l’article est publié en un seul bloc alors qu’il apparait dans mon brouillon autrement. La lecture va etre difficile. Sorry 😉

IMG_20190226_212959_734

Deux francais à Paris (IG: @mysherieblog)

C’est de l’avion retour dans le New-Jersey que j’écris le brouillon de cet article. Il faut dire que notre petit séjour en France a été l’occasion pour les amis et la famille de me rappeler que je n’avais plus rien écrit depuis les « citrouilles« . Et bah voyiez-vous, j’ai pris note.

Maintenant que je vous ai dit cela que vais je pouvoir ajouter….
Et si je vous racontais notre rendez-vous à l’Ambassade américaine à Paris puisque c’était la raison de nos vacances notre voyage en plein milieu de l’année scolaire (tiens un autre sujet qui pourrait vous faire bondir de votre chaise).
Commençons par notre petite virée sur Paris sous un soleil magnifique, des températures époustouflantes et la petite anecdote « sueur froide » qui l’accompagne.
IMG_20190225_144524_326
Parenthèse dans ma parenthèse : Je garde l’absence des enfants pour un autre moment. Le jetlag aidant, je pourrai publier un autre article d’ici peu (pas besoin de prendre mes écrits pour argent comptant hein !).
Nous avions rendez-vous à l’Ambassade afin de renouveler nos visas et la politique ayant quelque peu changée (certains exemples portés à nos oreilles à l’appui), nous nous étions préparés.
Olivier s’était entretenu avec l’avocat pour sa préparation.
Nous avions plus ou moins brieffé Ant’. Il faut dire qu’il a 8 ans, un niveau d’anglais « bilingue » et qu’il peut – hypothétiquement pensant – lui aussi faire l’objet d’une petite interrogation surprise.
Quinn’ bah, l’étonnement et la trouille sur son visage le sortiraient de toute mauvaise situation.
Quant à moi, c’est fièrement que je m’y rendais pour leur montrer que la petite quiche en anglais que j’étais il y a 5 ans avait plutôt pas mal évolué et que je n’avais plus besoin de mon interprète de mari. Je suis une femme libre (A toutes les Femmes. 08 mars) !! Bien évidemment, ça c’est dans ma tête car en vrai, je n’en menais pas large et j’attendais de passer sur le grill  !
20190224_103752_HDR
Nous passons le premier sas, celui où l’on présente la convocation, puis la sécurité et enfin nous arrivons à la salle d’examen. Le peu de lucidité que j’ai me permet de remarquer que l’espace avait été réaménagé.
L’entretien. L’entretien !
L’entretien se passe très bien jusqu’au moment où l’agent consulaire me dit (la seule question qu’elle me posera)  :  avez-vous de la famille aux US  ?  Quoi  !!!!!  C’était censé être MON moment ; le moment où je vous montrerai le chemin parcouru pour arriver à ne plus être une quiche  ;  et la question attend une réponse : Yes or No !!!!
Après 5 secondes de silence, le temps que la déception s’estompe et que je sente le regard d’Olivier (La femme libre a des limites. Le combat continue) je réponds :  NO… .
A l’agent consulaire de surenchérir  :  « parce qu il y a quelqu’un dans le NJ qui a le même nom et prénom que vous ».
Pour ceux et celles qui m’ont suivi, vous comprendrez la sueur qui a parcouru le long de ma colonne vertébrale et qui aurait pu se terminer : en moi me pissant dessus, perdant ainsi tout honneur et redevenant quiche. Oui, vous pensez bien : l’histoire du permis de conduire refait surface !!!!  Pour ceux qui prennent l’histoire en route je vous renvoie aux heures de gloire de ce blog ici.
C’est fou comme 1 voire 2 secondes peuvent paraître longues. Dans ce laps de temps, je me suis revue dans le taxi qui avait bien voulu – prendre le risque – de m’emmener à Paterson. Je vais passer sur le grill. Je vais me faire recaller. Elle va me demander pourquoi est ce que j ai eu une suspension de permis. Je vais baffouiller. Je vais subir un refus de renouvellement… Tout ça dans ma tête en 2 sec…
La délivrance est venue lorsque mon esprit a repris la phrase de l’agent en route « de toutes les façons, vous n’avez pas la même date d’anniversaire ». God Bless America  !!! Je ne vous cache pas avoir frôlé la crise cardiaque.
L’entretien se termine ainsi sur mon sourire figé ne demandant pas son reste. En repartant Antoine nous fait part de sa frustration lui qui s’était si bien préparé. Comme je le comprends.
Si on veut continuer l’histoire, Olivier et les garçons ont reçus leur passeport et donc le renouvellement de leur visa et pas moi.
Conclusion : Le mien est arrivé le lendemain. Ahhhhh mais il ne faut pas faie ça aux gens  !!!!
See U !
Publicités

Qui aime la citrouille ?

IMG_20170911_155003_570

 Parce que qui dit Automne dit Citrouille en veux-tu, en voila :

IMG_20170918_141612_486

IMG_20170918_141612_487

IMG_20170918_141612_482IMG_20170918_141612_491IMG_20170918_141612_496IMG_20170918_141612_507IMG_20170918_141612_526

IMG_20170918_141612_484IMG_20170918_141612_490 (1)

Si je devais me laisser tenter, mon choix se porterait certainement sur le « beurre de citrouille ».  Et vous ?

Conclusion : Ils ne font jamais rien à moitié nos américains mais heureusement il s’agit d’édition limitée tout comme l’Automne. En fait, c’est quoi pumpkin spice ?!

See you 😉

 

Projet 52 – 2017 #36-Ecole

Et si nous aussi, nous reprenions le chemin du projet de Ma’. Le 36eme thème était d’actualité puisqu’ici comme ailleurs, les enfants ont repris la direction de l’école. Uniforme. Sac-à-dos. Lunch-bag. Nouvelles affaires. Pleures. Excitations. Nouvelle classe…

IMG_20170907_091750_000

Après une telle première journée, les parcs si souvent bondés pendant l’été ont vite été désertés car le lendemain fallait remettre ça.

IMG_20170913_173459700

Conclusion : Mais bon ce n’est pas grave car « school is cool » (=même si c’est en étant adulte qu’on le comprend).

See U 😉

 

Moi aussi je veux ma meilleure maîtresse

keep-calm-and-love-my-teacher-19

Pas besoin de vous dire que mon portefeuille et moi sommes très contents du choix fait d’avoir intégrer les garçons dans le système scolaire américain ; et si j’arrive à cette conclusion c’est parce que jusqu’à présent nous avons eu que de bonnes maîtresses. Et comme je le dis à toutes les personnes que je rencontre ou qui me contacte par email « tu as une bonne maîtresse tu passes une excellente année ». Et cela peut importe le pays.

Pour moi, la combinaison gagnante est l’enseignant qui aime son métier (oui parce que hein, c’est important), qui est à l’écoute des besoins des enfants (égoïstement plus particulièrement du tien) et qui sait répondre à tes inquiétudes de parents (surtout le parent-expat qui fait le choix de lancer son enfant dans la piscine alors même qu’il ne sait pas nager. Je veux dire dans le bain de l’anglais alors qu’il sait à peine dire bonjour). Impossible de fonctionner autrement parce que les objectifs scolaires demandent énormément d’investissement de la part des enfants, des parents et des enseignants. Le point commun de tout ce petit monde étant la réussite individuelle de chaque enfant en fonction de ses capacités. Si vous me suivez vous n’êtes pas sans savoir que je crois que tous les enfants sont différents (je n’ai pas crée la poudre), que l’on ne peut attendre d’eux la même finalité et que la réussite scolaire ne se mesure pas aux nombres de bonnes notes obtenues mais au chemin parcouru pour maintenir le cap.

Bien évidement, je suis soulagée que mes enfants ne soient pas en difficulté scolaire, je ne vais pas vous mentir mais  je suis d’autant plus contente et très fière d’eux lorsque j’apprends de la maîtresse qu’ils sont toujours présents pour apporter un petit coup de main aux copains qui en ont besoin. Comme quoi et sans le savoir, nous parents, inculquont à nos enfants des valeurs qui nous ressemblent.

Bref, je ne sais pas comment je suis arrivée à écrire tout cela mais tout cela pour dire que les enfants ont repris le chemin de l’école la semaine dernière et qu’encore une fois, nous sommes ravis des maîtresses.

Honteusement (pour cette année 2017-2018) je vais vous avouer que nous avons « request » pour Quinn’, la même maîtresse qu’a eu Antoine en Prek-4. Je dis honteusement, car ce n’est pas dans la mentalité française d’interférer dans le choix de la maîtresse. Ça fait un peu péteux, non ? Pour dire clairement, ça fait un peu « pistonnage ».

Ici – dans le public – c’est la règle sans aucune honte !!! En tout cas pour mon expérience.

La première fois, qu’on m’a dit que je DEVAIS le faire, je ne savais pas trop comment réagir  » Quoi ? Ecrire une lettre pour demander une maîtresse? C’est scandaleux !!!!! je ne saurais jamais m’y prendre et pis je fais quoi ? Je vais voir le principal et je lui dis, je veux telle personne pour mon fils ? YESSS ! sauf que tu ne lui dis pas, tu l’écris !!!! Quoi ??? et en plus, je laisse une trace écrite de ce comportement malhonnête ?! Gloups …

Forcement et après avoir compris que je DEVAIS le faire, je l’ai fais même s’il m’a bien fallu quelques semaines pour me convaincre du bien fondé du truc.

Je me suis donc rendue à la sécurité de l’école, à l’heure que je trouvais la mieux adaptée à mon comportement : lorsque l’établissement était désert, histoire de ne pas trop me faire remarquer.

Moi : « Hi »

La sécurité : Hi, comment allez-vous ?

Moi (à la limite de me pisser dessus) Je vais bien. Merci.

La sécurité : Que puis-je faire pour vous ?

Moi : Euhh, je voudrais savoir si (on baisse la voix) Simi est là ?

Oui parce qu’on m’avait dit à qui m’adresser. Ils sont sympas, les copains américains.

La sécurité : Elle est partie (je vous le répète, école déserte. Fin de service) C’est pour lui remettre une lettre de « recommandation » ?

Moi : SHHHTTTTTTT, not so loud !!!!! Euh yes

Securité : Elle n’est pas là mais le Principal est encore dans son bureau, vous pouvez aller la lui remettre.

C’est une blague. Il y’a une caméra qui me film. Le Conseil de déontologie de l’école me surveille et veux voir ma détermination ?!

Moi : Euh, You know what ? Don’t bother = Je ne veux pas le déranger, peut être que je peux repasser demain. Quelles sont les horaires de vous savez qui Simi ?

Sécurity guard : No, no just go.

Moi : OKAYYYYY.

Moi face au principal : Aie !

Le Principal : Hi ! Comment allez-vous ? Vous avez une lettre de recommandation ?

Euh, est-ce qu’on peut fermer la porte avant que je réponde à cette question ? Oui ? Non?

Moi : Oui ….

Le Principal : Donnez-la moi, je vais la remettre à Simi mais vous savez, je ne vous promets rien.

Moi : Merci votre honneur !

Voilà et c’était il y’a un an. Antoine a eu une bonne maîtresse tout comme Quinn’ pour qui je n’avais absolument rien demandé et pour dire à quel point c’est très dans les mœurs d’interférer, je me souviens d’autres parents qui me demandaient qui était la maîtresse de Quinn’. « Je ne sais pas » avais-je répondu. Il faut dire qu’il entrait en petite section de maternelle et que je ne pensais absolument pas qu’on puisse le faire. Mais les copains américains étant là pour aider, m’ont conseillé de téléphoner Simi et de lui demander qui était la maîtresse de Quinn  et d’agir en conséquence. Là et pour le coup, je ne me suis pas laissée convaincre en priant qu’il ait une bonne maîtresse. Ouf, il en a eu une et je la recommande à tous les nouveaux loulous qui font leur rentrée en maternelle.

J’ai encore un peu de mal avec cette façon de faire mais j’ai constaté une chose importante : au final toutes les maîtresses sont biens.

Je m’explique.

Cette année et pour Quinn nous voulions absolument qu’il ait Mrs A. l’ancienne maîtresse d’Antoine parce que pour nous c’est la meilleure (avis basé sur rien puisque nous n’avons jamais eu à la comparer avec une autre. Subjectif). Nous avons donc remis la lettre à l’ancienne maîtresse de Quinn’ qui l’a remis à Simi en même temps que toutes les autres demandes. Entre temps, nous avions croisé Mrs. A qui nous a demandé si nous avions remis la lettre afin qu’il soit dans sa classe (Waouah, la main sur le cœur, la larme à l’oeil) et que si non, nous pouvions lui remettre directement la lettre afin qu’elle s’en charge : le Gral !!!!! Si ça c’est pas du pistonnage :-). Et pis arrive le moment ou le sujet de conversation entre les parents (autour du mois de mai) tourne autour de la lettre de recommandation et là tu te rends compte que tout le monde a un choix différent.  Tout le monde a sa BEST Teacher :

  •  Je ne jure que par Mrs. A.
  • Une autre maman (celle-la même qui m’a mis le pied à l’étrier) ne jure que par Ms. L et pour cause elle a eu cette même maîtresse pour ses deux plus grands, année après année. Sa fille est donc dans la classe de Ms.L
  • Une autre maman clame à qui veut l’entendre que Mrs. M est la best de chez la best. Son enfant est donc dans la classe de Mrs. M.

Au final, tout le monde voit midi à sa porte. Déculpabilisant.

Alors bien évidemment, je me dois de vous confesser que cela ne marche pas toujours. Pour cette année, nous avions « proposer » qu’Antoine soit dans la classe de Mrs.L car tout le monde ne jure que par elle. C’est apparemment LA maîtresse du CE1 et j’imagine que toutes les lettres allaient en son sens. J’étais bien évidemment déçue de constater à la fin de son année scolaire que sa classe de CE1 ne serait pas celle de Mrs L. Là encore on m’avait dit de contacter Simi et de lui demander s’il était possible de faire un petit changement d’affectation. Alors là STOP ! Limite car je ne me vois absolument pas interférer si la décision a été prise.

Et puis quel serait la morale ? Mon fils vaut-il mieux que je fils de quelqu’un d’autre ? Parce que je ne sais pas comment cela se passe : est-ce qu’on modifie les listes ? D’ailleurs est-ce que Simi accepte ce genre d’ingérence ? Je ne le sais pas et je ne le saurais jamais. J’ai demandé, j’ai pas eu. C’est le jeu. J’ai eu ma chance l’année dernière avec Antoine qui a subjectivement eu la best de chez best et Quinn’ a Mrs. A cette année.

Et vous savez quoi ?! J’adore Mrs. K, la maîtresse d’Antoine de cette année. Pour l’heure, elle est géniale ! Je ne pouvais pas rêver de mieux pour lui ! On le sait tout de suite si ça va passer et là je crois que ça va bien le faire. Je suis sereine et en plus il est dans la même classe que son super méga copain. Et pour dire vrai dans sa vie de petit garçon, c’est plus important que qui est la maîtresse.

Pour la petite histoire : Un super copain d’Antoine a eu Mrs K. l’année dernière.

Super copain à Mrs. K : Je suis trop content qu’Antoine soit dans votre classe. ( I am so glad that you have Antoine in your class)

Mrs. K : Je peux déjà dire d’Antoine qu’il sera un très bon élève. ( I can already say that he is gonna be the good one. Please say a word for me to his parents).

Puis elle a demandé à la maman de ce super copain de nous dire que nous ne devions pas nous inquiéter. Touché. Coulé. I love Her !

Je souhaite à mes affreux jojos une très bonne année scolaire.

Conclusion : Cet article aurait pu illustrer le thème de la semaine dernière de Ma’. J’ai les photos que je poste dès que possible.

See U 😉

Vous excuserez les fautes

 

 

 

Projet 52 – 2017 #34-Vacances

 

IMG_20170807_174742_291

Comme une table de vacances 

Comme pour bon nombre d’expats, une partie de nos vacances s’est passée en France : c’est ce que j’appelle la migration estivale des #francaisaletranger vers la France. L’occasion de renouer avec des valeurs gustatives bien françaises et de revenir avec une valise bien plus lourde qu’à l’aller. Dans notre valise retour de vacances :

  • Deux bonnes bouteilles : 
IMG_20170822_103058_549

Attention : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé

  • Quelques petites conserves 😉

20160830_215041

  • Des gourmandises pour les enfants : 

20170813_121348

Toutes bonnes choses ayant une fin (pour ne pas dire une faim), je reprends le chemin du blog

20170815_112229

Jardin public à Bordeaux

et je vais profiter de ce 34ème thème du projet de Ma’ pour rattraper mon retard des deux dernières semaines.

Sur la route des vacances donc, quelques chemins empruntés et pas mal de beau paysage vus. Cocoricco !

Projet 52 – 2017 #32-Chemin 

wp-image-1507907473

Ville de Saintes

Projet 52 – 2017 #33-Paysage

IMG_20170810_161142_645

Ville de Saumur et la Loire

IMG_20170816_165505_087

Une petite pause gourmande à Niort face à l’église Saint-Hilaire

Conclusion : Comme après chaque vacances, l’heure est désormais à la rentrée !

IMG_20170815_083419_852

See U 😉

Projet 52 – 2017 #31- Estival

J’espère ne pas me tromper sur le sujet du 31ème thème du Projet de Ma’ que j’écris à partir de mon téléphone.

Estival donc.

Comme pour tous #francaisauxusa ou tout au moins pour un bon nombre d’entre nous, été rime avec migration estivale vers la France.

Conclusion : Allez, on prend le chemin de la Gironde histoire de claquer la bise au frangin.

See U There 😉

Projet 52 – 2017 #30- Gros plan

20170803_202502

On poursuit avec mon interprétation du 30ème thème du projet de Ma’ : Gros plans et on va dire que tout comme celui du « château » ce thème était « challenging ».

Gros plan donc.

Pas très glamour cette petite dune de poubelles dans notre quartier n’est-ce pas ?! Et pourtant c’est une réalité visible qui convient parfaitement au thème : gros plan. On ne va pas trop faire dans la notion de développement durable qui clairement est mise à rude épreuve au regard de la politique actuelle en la matière ; mais tout de même !

Cela m’a surpris à notre arrivée, qu’il faille mettre nos poubelles dans la rue et j’admets que cela me dérange encore un peu  mais bon on s’y fait. C’est tout de même pas l’image que l’on a des Etats-Unis et encore moins de New-York. Et puis c’est ni très joli ni très propre pour une ville.

Je ne retrouve malheureusement pas de photos prises des montagnes de poubelles vues à NY mais lorsque je dis montagne, mon sens de l’exagération ne vous ment pas. C’est sans doute l’une des particularités négatives de la Big-Apple et de notre ville.

Conclusion : Les prochaines participations (pour nous) seront françaises puisque nous rentrons quelques jours en France.

See U There 😉